Méthode d'opération PKR ?

La technique d’opération des yeux PKR (Photo-Kératectomie Réfractive) est indiquée pour corriger les petites myopies (inférieures à -4 dioptries).

Elle est inadaptée pour la correction :

Technique la plus ancienne (premiers cas opérés en 1987 aux USA par le Dr Marguerite Mc Donald), c’est l’intervention la plus simple techniquement.

L'opération PKR se déroule en 2 étapes

1 – Retrait de la couche superficielle de la cornée

On applique sur la cornée une solution à base d’éthanol, pendant 20 secondes, puis on retire avec une petite spatule souple la couche superficilelle des cellules de la cornée.

2 – Sculpture de la cornée

On applique un laser, dit excimer, qui va remodeler la surface de la cornée en la creusant, proportionnellement à l’importance de la myopie à corriger. Cette application, du fait de la faible importance de la myopie, n’excède pas 30 à 40 secondes.

Ensuite, à la fin de l’intervention, on applique sur l’oeil opéré une lentille de contact souple qui fait office de « pansement ». Elle est gardée en permance par le patient pendant 3 jours, nuit et jour. C’est le temps que va mettre la couche superficielle (l’épithélium) à se reconstituer.

Les avantages

Les avantages du PKR sont :

  • • simplicité de la procédure,
  • • sécurité optimale,
  • • recul scientifique important.

Téléchargez le PDF de la Société Française d’Ophtalmologie concernant la chirurgie de la vue au laser

Les inconvénients

Les inconvénients de la PKR sont :

  • • gamme de correction très limitée,
  • • douleur post-opératoire plus ou moins importante pendant la durée de cicatrisation (3 jours),
  • • récupération visuelle très progressive (en règle générale, une acuité visuelle correcte est atteinte en 15 jours et une vision parfaite entre 3 semaines et 1 mois).

Les complications potentielles sont rares :

  • • sur- / sous-correction mais ceci est facilement corrigé par une retouche laser,
  • • décentrement laser mais ceci est devenu rare depuis l’avénement de l’eye-tracker,
  • • infection +++ mais incidence rare (une étude publiée retrouve une fréquence de 0.20% sur plus de 18 000 procédures étudiées),
  • • la cicatrisation excessive (encore appelée « haze »). Cette complication est spécifique de cette technique. Elle correspond à la formation d’un voile sur la cornée secondaire à une cicatrisation excessive des cellules superficielles. Ce « haze » est cependant devenu très rare avec les nouveaux lasers. Sa fréquence de survenue est proportionnelle à l’importance de la myopie à corriger.

Demande de devis

    Demande de devis

      Demande de devis

        Demande de devis

          Laissez nous votre téléphone, notre secrétariat vous rappelle dans les meilleurs délais.

          logo Docteur Coullet docteur chirurgien ophtalmologiste